mardi, 23 avril 2024

Voies dédiées du périphérique : la mobilisation paie !

La Mairie de Paris avait organisé du 17 avril au 28 mai 2023 une consultation concernant la pérennisation, après les Jeux Olympiques, d’une voie dans chaque sens du boulevard périphérique entre les portes de Sèvres et de Bercy, réservée à certains horaires aux transports en commun ainsi qu’aux usagers pratiquant le covoiturage (2 personnes ou plus à bord du véhicule). La présentation des résultats de cette consultation s’est déroulée le mercredi 28 février 2024 en présence d’Emmanuel Grégoire et de David Belliard, adjoints à la Maire de Paris, ainsi que des représentants de la Commission Nationale du Débat Public, qui avait été sollicitée par la Mairie pour se porter garante de la méthodologie et du déroulement de cette consultation.

Le 1er bilan dressé par les organisateurs est un très fort taux de participation (6852 contributions). Les avis exprimés ont été très largement défavorables (à 82%) au projet de voies dédiées mais, la Mairie de Paris en ayant déjà acté le principe, la consultation ne portait que sur les modalités de fonctionnement de ces voies (horaires, vitesses maximum, usagers autorisés, mesures d’accompagnement), chacun devant appuyer son point de vue par des arguments. A ce titre, les motards ont fortement alimenté le registre des contributions, avec une variété de remarques, reprises dans la synthèse de la CNDP :

  • manque de prise en compte des 2RM dans le projet,
  • risque en circulation interfile si les voies ne roulent pas à la même vitesse,
  • incohérence de fermer la voie dédiée aux 2 roues alors que l’interfile leur est ouverte pour fluidifier le trafic et désengorger les grands axes,
  • risque d’empiéter en interfile sur la voie dédiée et d’être verbalisé,
  • incohérence d’interdire un 2RM occupé à 50% par son seul conducteur, alors qu’une voiture avec deux occupants sera autorisée,
  • injustice de pénaliser les 2RM, plus mobiles (roulant beaucoup moins longtemps qu’une voiture) et plus légers (consommant moins qu’une voiture et surtout qu’un SUV, éligibles aux voies dédiées),
  • difficulté pour les motards avec leurs équipements spécifiques (vêtements, bottes, casque…) de pratiquer le covoiturage.

Les usagers ayant investi dans un véhicule électrique ont également exprimé leur déception de ne pas être autorisés à circuler seuls (sans passager) dans ces voies : « je pensais déjà faire un gros effort écologique en investissant dans un véhicule de ce type, bien plus cher que les voitures thermiques, mais je me rends compte que cet effort n’est pas pris en considération » reprend la CNDP.

A l’issue de cette consultation, la Mairie de Paris a amendé son projet sur 4 aspects :

  • les horaires d’activation des voies dédiées seront réduits aux périodes de 7h00 à 10h30 (au lieu de 6h30-11h) et de 16h à 20h (au lieu de 15h30-20h) uniquement en semaine (week-ends exclus), mais avec des possibilités d’activation ou de désactivation à tout moment en fonction des évènements (accidents, congestion…);
  • les 2 roues motorisés seront autorisés en circulation interfile ; seules les motos avec 2 personnes à bord pourront utiliser la voie dédiée dans le cadre du covoiturage (ou « comotorage »); les détenteurs de la Carte Mobilité Inclusion stationnement auront également accès à ces voies dédiées;
  • la vitesse maximale serait ramenée à 50 km/h en permanence sur l’ensemble du périphérique (pour des motifs de sécurité de réduction du bruit);
  • une évaluation sur 5 ans de l’efficacité de ces mesures sera réalisée, avec un état initial à établir en 2024.

La FFMC de Paris et Petite Couronne, représentée par son coordinateur Jean-Marc Belotti lors de cette restitution, a fait remarquer que l’expérimentation actuelle de circulation interfile n’autorisant cette pratique que sur les axes à 70 km/h ou au-dessus ; le passage du périphérique à 50 km/h serait incohérent avec le cadre actuel de l’interfile. David Belliard ne doute pas qu’une solution soit trouvée avec la Préfecture de Police pour autoriser l’interfile sur un périphérique limité à 50 km/h.
Ce point illustre le travail important qui reste à mener par la Mairie avant de pérenniser ces voies après les Jeux Olympiques : négociations avec la Préfecture et l’Etat, mise en place du comité d’évaluation et réalisation de l’état des lieux initial, construction de mesures d’incitation au covoiturage avec la Région Ile-de-France, la Métropole du Grand Paris, les départements et communes limitrophes, les professionnels du covoiturage et les usagers…

La FFMC PPC se félicite cependant que la mobilisation des motards durant cette consultation ait permis à la Mairie de Paris de prendre en compte les 2-roues motorisés. Cette mobilisation lui donne toute légitimité pour suivre durant les mois à venir les engagements pris par la Mairie concernant l’interfile.

Articles liés

Resté connecté

18,048FansJ'aime
376SuiveursSuivre
2,570AbonnésS'abonner

Derniers Articles

Plugin WordPress Cookie par Real Cookie Banner