mardi, 16 avril 2024

L’édito de la FFMC Nationale…

Le retour de la vignette, nouveau marqueur de ségrégation sociale

Nos parents et les plus âgés d’entre nous se souviennent de la vignette automobile, ronde puis octogonale, toujours en couleur, dans les années 70-80. Taxe destinée initialement à financer les retraites des vieux, c’était devenue une taxe tout court. Quand le gouvernement de Raymond Barre, 1er ministre du président Giscard d’Estaing, décide d’étendre cette taxe aux motos, la colère gronde chez les motards et cela contribuera à la création de la FFMC en 1980. Finalement, la vignette moto sera supprimée par François Mitterrand qui tiendra au moins une promesse, mieux que ne le fait son successeur actuel, un certain François Hollande. Entre-temps, un tas de politiciens ont tenté (et tentent encore) de supprimer la moto, les motards et la FFMC, mais nous sommes toujours là !

Trente-six ans plus tard, en juin 2016, Ségolène Royal, ministre de la pollution et de l’électricité nucléaire, décide de réintroduire une vignette payante pour les véhicules (motos comprises)… mais cette fois, plus question de prétexter aider les vieux à survivre (plus personne n’y croirait !)… Non, cette fois, il s’agit de rendre respirable l’air des villes pour sauver tout le monde, les vieux et les bébés, les riches des beaux quartiers et les pauvres qui vivent près du périph’ ! Oh, quelle noble tâche… personne ne peut être contre, sauf les sans-cœur, les brutes pollueuses, les dévoreurs de pétrole, les grassouillets du fioul qui pue !
Donc, les vignettes de couleur permettront d’identifier (et de fliquer facilement, sauf pour les agents daltoniens) les usagers « vertueux » qui ont un véhicule « propre » et les autres, les sales, les fumants, les émetteurs de particules qui tuent 50 000 personnes par an !

Articles liés

Resté connecté

18,048FansJ'aime
376SuiveursSuivre
2,570AbonnésS'abonner

Derniers Articles

Plugin WordPress Cookie par Real Cookie Banner